Jacques Moiroud, graveur

, par Gilles Chevriau

Après des études d’instituteur Jacques Moiroud a enseigné en Afrique, en Grande Bretagne et en Louisiane. En 1993, il s’est installé à San Diego, en Californie. En 1997, suite à un grave accident de moto, il a abandonné l’enseignement pour s’adonner à une vie d’artiste.
Il s’est rendu à New York, armé d’un carnet et d’un stylo, « pour jour et nuit dans les trains, les tunnels, les parcs, les stations de métro, dessiner comme on écrit, dessiner pour vivre ».
La gravure va constituer son mode d’expression privilégié, gravure en taille d’épargne sur bois ou linogravure ou gravure en creux utilisée sur différents métaux en particulier le cuivre.
Son style s’intéresse au réel et à l’humain à travers des portraits d’amis, mais aussi de figures de caïds, de musiciens de rock’n’roll et d’êtres quasi immobiles, presque invisibles au milieu de l’agitation frénétique de la grande ville.
« J’ai eu la chance d’échapper au discours contemporain pour atteindre une approche plus narrative de petites histoires », a-t-il précisé, lors du vernissage. Et l’artiste d’ajouter, avec un certain brin d’humour, « qu’un des grands problèmes de l’artiste est qu’il ne gagne rien, mais son grand luxe est de faire ce qu’il veut ! ».
Titulaire de nombreuses récompenses, il expose dans le monde entier. Il est représenté aux États-Unis par la galerie Richard-Demato. En 2001, à la demande de l’Atelier Xalubinia-Menorca (Espagne), il a enseigné son premier workshop de linogravure en Europe. [1]

Jacques Moiroud est un dessinateur-graveur franco-américain installé depuis peu dans le Lot.

+ d’infos

Notes

[1@ Centre France